👀 Coursier.fr recherche des coursiers en CDI à Paris >>

Bonne nouvelle : Uber Eats change de fonctionnement

Publié le
Mis à jour le
4 min de lecture
0 commentaire

Uber Eats crée enfin une filiale en France. Cela a pour effet d'augmenter les revenus des livreurs et de simplifier toutes les démarches liées à Uber Eats.

Uber Eats change de fonctionnement et c'est tant mieux pour les coursiers

Une sim­pli­fi­ca­tion néces­saire
#

Un des points qui été remon­té lors de la grande consul­ta­tion d’U­ber Eats était que le modèle qu’a­vait choi­si Uber Eats était com­pli­qué à com­prendre et engen­drait des démarches sup­plé­men­taires.

Ce qui change pour les cour­siers Uber Eats #

Désor­mais, à par­tir du 3 Février 2020, Uber Eats devient une socié­té fran­çaise et change son modèle de fac­tu­ra­tion. Cela implique donc 5 grands changements :

  1. Les frais de ser­vice Uber Eats passent à 0 % ;
  2. Les obli­ga­tions fis­cales sont allé­gés. Il ne sera plus néces­saire de faire des décla­ra­tions de TVA et des Décla­ra­tions Euro­péenne de Ser­vices (DES) ;
  3. La fac­tu­ra­tion se sim­pli­fie en fac­tu­rant Uber Eats et non plus les res­tau­rants. Tou­te­fois, la fac­ture reste émise au nom du livreur, auto­ma­ti­que­ment et hebdomadairement ;
  4. Le contrat n’est plus avec Uber Por­tier BV mais avec Uber Eats France SAS ;
  5. Une attes­ta­tion de vigi­lance sera deman­dée à par­tir de 5 000 € de chiffre d’af­faires atteint sur Uber Eats

Une tari­fi­ca­tion qui évo­lue #

En sup­pri­mant les frais de ser­vice, Uber Eats a aus­si dimi­nué sa tari­fi­ca­tion. Cepen­dant, la rému­né­ra­tion reste équi­va­lente à la tari­fi­ca­tion pré­cé­dente (après le 25 Sep­tembre 2019).

Comparatif des tarifications d'Uber Eats
Comparatif des tarifications d'Uber Eats

La rému­né­ra­tion reste certes équi­va­lente, mais le béné­fice final pour le cour­sier est supé­rieur pour deux rai­sons :

  1. Les coti­sa­tions sociales sont désor­mais cal­cu­lé sur ce qu’un livreur touche réel­le­ment. Pré­cé­dem­ment, elles étaient cal­cu­lées avant appli­ca­tion des frais de ser­vice, c’est-à-dire sur de l’argent qu’un cour­sier ne tou­chait pas ;
  2. Le livreur n’a plus à payer de la TVA sup­plé­men­taire car la fac­tu­ra­tion se fait en France

Ana­lyse d’im­pact du chan­ge­ment de fonc­tion­ne­ment d’U­ber Eats #

D’a­près notre tableau com­pa­ra­tif, ce chan­ge­ment est béné­fique pour tous les cour­siers puisque le reve­nu sera plus éle­vé dans toute la France.

Pour les cour­siers ayant l’ACRE en 2020 :

  • À Paris, les reve­nus aug­mentent d’en­vi­ron 2 % ;
  • Dans les autres villes, les reve­nus aug­mentent de 1,87 % ;

Pour les livreurs étant en 1ère année d’ACRE (obte­nue avant 2020) :

  • À Paris, pour les cour­siers qui étaient res­té aux 25 % de frais de ser­vice, les reve­nus aug­mentent de 11 à 20 % ;
  • À Paris, pour ceux qui étaient aux 5 % de frais de ser­vice, les reve­nus aug­mentent d’en­vi­ron 1,6 % ;
  • Dans les autres villes, pour les livreurs qui étaient res­té aux 25 %, les reve­nus aug­mentent de 18 à 19 % ;
  • Dans les autres villes, pour ceux qui étaient aux 5 % de frais de ser­vice, les reve­nus aug­mentent de 1,44 % ;

Pour les cour­siers étant en 2ème année d’ACRE (obte­nue avant 2020) :

  • À Paris, pour les cour­siers qui étaient res­té aux 25 % de frais de ser­vice, les reve­nus aug­mentent de 18 à 27 % ;
  • À Paris, pour ceux qui étaient aux 5 % de frais de ser­vice, les reve­nus aug­mentent d’en­vi­ron 2,5 % ;
  • Dans les autres villes, pour les livreurs qui étaient res­té aux 25 %, les reve­nus aug­mentent de 26 à 27 % ;
  • Dans les autres villes, pour ceux qui étaient aux 5 % de frais de ser­vice, les reve­nus aug­mentent de 2,35 % ;

Pour les livreurs étant en 3ème année d’ACRE (obte­nue avant 2020) :

  • À Paris, pour les cour­siers qui étaient res­té aux 25 % de frais de ser­vice, les reve­nus aug­mentent de 21 à 30 % ;
  • À Paris, pour ceux qui étaient aux 5 % de frais de ser­vice, les reve­nus aug­mentent d’en­vi­ron 2,5 % ;
  • Dans les autres villes, pour les livreurs qui étaient res­té aux 25 %, les reve­nus aug­mentent de 29 à 30 % ;
  • Dans les autres villes, pour ceux qui étaient aux 5 % de frais de ser­vice, les reve­nus aug­mentent de 2,68 % ;

Pour les cour­siers n’ayant pas l’ACRE :

  • À Paris, pour les cour­siers qui étaient res­té aux 25 % de frais de ser­vice, les reve­nus aug­mentent de 49 à 60 % ;
  • À Paris, pour ceux qui étaient aux 5 % de frais de ser­vice, les reve­nus aug­mentent d’en­vi­ron 3 % ;
  • Dans les autres villes, pour les livreurs qui étaient res­té aux 25 %, les reve­nus aug­mentent de 59 à 60 % ;
  • Dans les autres villes, pour ceux qui étaient aux 5 % de frais de ser­vice, les reve­nus aug­mentent de 2,92 % ;

Notre avis sur ce chan­ge­ment #

Ce chan­ge­ment de fonc­tion­ne­ment est le bien­ve­nue ! Il per­met aux cour­siers de gagner plus tout en sim­pli­fiant toutes les démarches pour tra­vailler avec Uber Eats. L’en­tre­prise semble donc appli­quer ce qu’elle avait annon­cé à la suite de sa grande consul­ta­tion et c’est une bonne chose.