Supplyshop recrute des coursiers à Caen. En savoir plus

Déjà coursier : Comptabilité du coursier micro-entrepreneur : guide complet

Publié le
Mis à jour le
6 min de lecture
0 commentaire

Il est facile de se perdre dans la comp­ta­bi­li­té, surtout quand on n’y connaît rien. Pas de panique, la comp­ta­bi­li­té du livreur micro-entre­pre­neur est simple. Nous vous donnons les clés pour com­prendre et réussir votre comp­ta­bi­li­té de cour­sier micro-entre­pre­neur grâce à notre guide complet.

Coursier à vélo au quotidien

Facturation du coursier micro-entrepreneur

Lorsque qu’on est déjà cour­sier, com­prendre la fac­tu­ra­tion est pri­mor­dial. Il y a trois cas de figures qui peuvent se pré­sen­ter afin d’é­ta­blir cor­rec­te­ment vos fac­tures en tant que livreur micro-entre­pre­neur (ex auto-entrepreneur).

Recourir à l’auto-facturation

Le premier cas de figure est l’auto-fac­tu­ra­tion. Dans ce cas, c’est le client qui émet lui-même, en votre nom, la facture qu’il s’a­dresse.

C’est le cas par exemple, avec Deli­ve­roo ou Yper. Par consé­quent, vous n’avez rien de plus à faire, la facture vous est envoyée à titre infor­ma­tif, pour que vous puis­siez la pré­sen­ter en cas de contrôle fiscal.

Émission de la facture en votre nom

Ensuite, la pla­te­forme peut n’effec­tuer que de la mise en rela­tion. C’est le cas par exemple d’Uber Eats et de Stuart.

Dans ce cas vous rece­vrez par mail un réca­pi­tu­la­tif d’ac­ti­vi­té, qui résume les sommes totales qui vous sont versées. Si vous avez besoin des fac­tures (par exemple dans le cas d’un contrôle), vous pouvez les deman­der par mail à Stuart ou les retrou­ver dans votre espace en ligne pour Uber Eats.

Faire une facture classique

Enfin, si vous ne passez pas par une pla­te­forme et démar­chez vous-même vos clients, vous devrez établir votre facture vous-même.

Déclarations du livreur micro-entrepreneur

En tant que livreur micro-entre­pre­neur (ex auto-entre­pre­neur), vous avez un certain nombre de décla­ra­tions à faire.

Déclarations de chiffre d’affaires à l’URSSAF

Tout d’abord, la décla­ra­tion la plus impor­tante est la décla­ra­tion de chiffre d’af­faires à l’URS­SAF. Tous les mois ou tous les tri­mestres selon l’op­tion choisie, vous devez décla­rer votre chiffre d’af­faires brut à l’URS­SAF, en tant que « pres­ta­tions de ser­vices com­mer­ciales ou arti­sa­nales ».

Ainsi, en décla­rant votre chiffre d’af­faires, l’URSSAF va auto­ma­ti­que­ment cal­cu­ler les coti­sa­tions sociales que vous devez payer. Vous serez ensuite pré­le­vés du montant sur le compte ban­caire que vous avez déclaré.

Les décla­ra­tions sont à effec­tuer sur autoen​tre​pre​neur​.urssaf​.fr. Le montant varie en fonc­tion de votre situa­tion au regard de l’ACRE. Si vous béné­fi­ciez de l’ACRE, le taux la pre­mière année est de 11 %. Sinon, si vous ne béné­fi­ciez pas de l’ACRE ou que vous êtes à la deuxième année, le taux est de 22 %.

En fonc­tion de cer­taines condi­tions, vous pouvez béné­fi­cier du ver­se­ment libé­ra­toire de l’impôt sur le revenu. Il vous permet de payer vos impôts en même temps que vos coti­sa­tions sociales.

Même si vous béné­fi­ciez du ver­se­ment libé­ra­toire de l’impôt sur le revenu, vous devez remplir votre décla­ra­tion de revenus en indi­quant le chiffre d’af­faires de votre micro-entreprise.

Cepen­dant, ras­su­rez-vous, vous ne serez pas imposés deux fois. Cela permet juste aux impôts de cal­cu­ler votre taux d’imposition.

Déclaration de Cotisation Foncière des Entreprises (CFE)

La CFE est un autre impôt que votre micro-entre­prise doit payer. Vous devez faire votre décla­ra­tion sur l’espace pro­fes­sion­nel des impôts.

Notre outil de comp­ta­bi­li­té du livreur micro-entre­pre­neur vous aver­ti­ra si vous dépas­sez le plafond de la CFE de 5 000 €.

Déclaration de revenus

Comme n’im­porte quel citoyen fran­çais, vous devez décla­rer chaque année vos revenus en tant que par­ti­cu­lier (espace par­ti­cu­lier sur impots​.gouv​.fr).

Déclarations à la Caisse d’Allocations Familiales (CAF)

En tant que livreur micro-entre­pre­neur, vous pouvez, en fonc­tion de cer­taines condi­tions, avoir droit à cer­taines aides, notam­ment la Prime d’Ac­ti­vi­té.

Documents à fournir aux clients

En théorie, il fau­drait léga­le­ment fournir à tous vos clients, au moins tous les six mois, trois docu­ments obli­ga­toires. En pra­tique, seul Deli­ve­roo s’at­tache à garder ces docu­ments à jour.

Pour se faire la pla­te­forme a confié la gestion de ces docu­ments à leur par­te­naire Pro­vi­gis, qui pourra donc vous contac­ter dès lors que l’un ou plu­sieurs des docu­ments ci-après doivent être mis à jour.

Justificatif d’immatriculation de votre micro-entreprise

Le premier de ces docu­ments est le jus­ti­fi­ca­tif d’im­ma­tri­cu­la­tion. Afin de vous éviter d’avoir à com­man­der un nouvel extrait Kbis tous les six mois, Pro­vi­gis génère auto­ma­ti­que­ment un jus­ti­fi­ca­tif d’im­ma­tri­cu­la­tion à partir des infor­ma­tions recueillies auprès de l’INSEE et d’In­fo­greffe. Il sera donc auto­ma­ti­que­ment gardé à jour et vous n’aurez pas à vous en soucier.

Liste nominative des salariés étrangers

Le second docu­ment est la liste nomi­na­tive des sala­riés étran­gers. Là encore, Pro­vi­gis peut la générer à votre place. Il vous suffira de cocher « non » à la ques­tion « Employez-vous des sala­riés étran­gers soumis à auto­ri­sa­tion de travail ? ».

Si vous êtes vous-même de natio­na­li­té étran­gère, mais micro-entre­pre­neur en France, vous pouvez cocher « non » éga­le­ment, dans la mesure ou vous ne vous employez pas vous-même.

Attestation de vigilance

Enfin, le dernier docu­ment est l’at­tes­ta­tion de vigi­lance de cour­sier. Ce docu­ment atteste que vous êtes à jour en matière de décla­ra­tion et de paie­ment de vos coti­sa­tions. Nous vous expli­quons comment obtenir l’at­tes­ta­tion de vigi­lance sur cette page.

Tou­te­fois, si Deli­ve­roo ou Uber Eats vous la réclame avant (donc dans les tous pre­miers mois d’ac­ti­vi­té), n’hé­si­tez pas à les contac­ter par mail (contacts de Deli­ve­roo et contacts d’Uber Eats) pour les pré­ve­nir que vous ne pourrez avoir votre attes­ta­tion de vigi­lance qu’à l’issue de votre pre­mière déclaration.