👀 L'ACRE, ça bouge en 2020 … Lire >
Questions fréquentes

Revenus Uber Eats : que doit-on déclarer et ne pas déclarer ?

Publié le
Mis à jour le
1 min de lecture
52 commentaires

Avec Uber Eats, vous devez déclarer l'intégralité de vos revenus, c'est-à-dire avant l'application des frais de service Uber.

Tout d’a­bord, il est impor­tant de gar­der en tête que vous n’êtes pas pres­ta­taire de ser­vices pour Uber Eats, mais pour les res­tau­rants par­te­naires d’U­ber. Contrai­re­ment à Deli­ve­roo, avec qui vous avez signé un contrat et à qui vous fac­tu­rez direc­te­ment vos ser­vice, Uber est un inter­mé­diaire.

En effet, Uber Eats est une pla­te­forme de mise en rela­tion entre un pres­ta­taire de ser­vice indé­pen­dant, c’est-à-dire vous, un cour­sier, et un res­tau­ra­teur ayant besoin d’un ser­vice de livrai­son. Cela se véri­fie aisé­ment dans les fac­tures (visibles ici) que Uber émet, en votre nom. On peut alors voir que sur ces fac­tures, qui sont émises pour chaque course réa­li­sée, l’en­tre­prise fac­tu­rée est bien le restaurant.

Ain­si, en tant que cour­sier, vous ache­tez à Uber le ser­vice qu’il vous rend, en vous four­nis­sant des clients, à savoir des res­tau­rants. Ce ser­vice ren­du par Uber sont les fameux « frais de ser­vice » de 5 % (ancien­ne­ment 25 %). Vous pou­vez alors retrou­ver, sur cette page, les fac­tures de frais de ser­vice que vous avez a payé à Uber.

En réa­li­té, ces fac­tures, vous ne les avez pas à payer puis­qu’elle sont auto-sol­dées, c’est-à-dire qu’elles sont auto­ma­ti­que­ment payées. À chaque course que vous faites, 5 % sont reti­rés pour payer ces frais. Vous n’a­vez donc rien à faire de ce point de vue.

Ne tenez pas compte de l’en­ca­dré inti­tu­lé « Autres déduc­tions poten­tielles » puis­qu’un micro-entre­pre­neur ne peut pas déduire de charges.

Fina­le­ment, cette situa­tion est gran­de­ment pro­blé­ma­tique car en tant que cour­sier Uber Eats vous vous retrou­vez à payer des coti­sa­tions sur de l’argent que vous n’a­vez jamais tou­ché. Espé­rons qu’une solu­tion sera vite appor­tée à ce cas pré­cis où, clai­re­ment, la micro-entre­prise a ses limites.