Tousfacteurs recherche des coursiers à Paris. Voir l'offre 👀
Questions fréquentes

Revenus Uber Eats : que doit-on déclarer et ne pas déclarer ?

Publié le
Mis à jour le
48 commentaires
3 min de lecture

Avec Uber Eats, vous devez déclarer l'intégralité de vos revenus, c'est-à-dire avant l'application des frais de service Uber.

Tout d'abord, il est important de garder en tête que vous n'êtes pas prestataire de services pour Uber Eats, mais pour les restaurants partenaires d'Uber. Contrairement à Deliveroo, avec qui vous avez signé un contrat et à qui vous facturez directement vos service, Uber est un intermédiaire.

En effet, Uber Eats est une plateforme de mise en relation entre un prestataire de service indépendant, c'est-à-dire vous, un coursier, et un restaurateur ayant besoin d'un service de livraison. Cela se vérifie aisément dans les factures (visibles ici) que Uber émet, en votre nom. On peut alors voir que sur ces factures, qui sont émises pour chaque course réalisée, l'entreprise facturée est bien le restaurant.

Ainsi, en tant que coursier, vous achetez à Uber le service qu'il vous rend, en vous fournissant des clients, à savoir des restaurants. Ce service rendu par Uber sont les fameux « frais de service » de 25 %. Vous pouvez alors retrouver, sur cette page, les factures de frais de service que vous avez a payé à Uber.

Attention, vous devez faire une déclaration de TVA sur les frais de service d'Uber Eats.

En réalité, ces factures, vous ne les avez pas a payé puisqu'elle sont auto-soldées, c'est-à-dire qu'elles sont automatiquement payées. À chaque course que vous faites, 25 % sont retirés pour payer ces frais. Vous n'avez donc rien à faire de ce point de vue.

Par exemple, si vous vendez une course à 10 € à un restaurant, vous devez retirez 25 % de frais Uber, à savoir 2,50 €. Vous recevrez alors seulement 7,5 € sur votre compte bancaire. Notez bien que votre chiffre d'affaires est la somme de toutes vos prestations (ventes) de service. Ainsi, dans cet exemple, votre chiffre d'affaires est de 10 €.

Il faut savoir que, jusqu'à maintenant, il existait une tolérance officieuse de l'administration fiscale, qui sait bien qu'un coursier touche que les 7,50 € et non pas les 10 €. Ainsi, vous déclariez ce qui arrivait sur votre compte bancaire et non ce que vous deviez réellement déclarer. Cependant, à partir de Janvier 2020, Uber va déclarer directement à l'administration fiscale votre chiffre d'affaires réalisé depuis Janvier 2019.

C'est donc là que cela pose problème puisque, en tant que micro-entrepreneur, votre déclaration est une déclaration de chiffre d'affaires et non de bénéfices. Ainsi, Uber va transmettre à l'administration fiscale un chiffre d'affaires de 10 €. Par conséquent, si vous déclarez 7,50 € de votre côté, cela est considéré comme de la fraude.

Un micro-entrepreneur, étant imposé sur le chiffre d'affaires, et non sur le bénéfice, ne peut pas déduire de charges sur son chiffre d'affaires.

A fortiori, si vous voulez rester en règles et ne prendre aucun risque, il faudra que vous déclariez votre chiffre d'affaires total, à savoir, avant que les frais de services Uber ne s'appliquent. La manière la plus simple est de suivre le récapitulatif fiscal fournit par Uber à cette adresse.

Sur le récapitulatif, il suffit alors d'additionner les deux lignes « Total » qui sont dans l'encadré « Tarification » et « Détail des autres revenus ». Le résultat de cette addition permet alors d'obtenir votre chiffre d'affaires du mois tel qu'Uber le transmettra à l'administration.

Ne tenez pas compte de l'encadré intitulé « Autres déductions potentielles » puisqu'un micro-entrepreneur ne peut pas déduire de charges.

Finalement, cette situation est grandement problématique car en tant que coursier Uber Eats vous vous retrouvez à payer des cotisations sur de l'argent que vous n'avez jamais touché. Espérons qu'une solution sera vite apportée à ce cas précis où, clairement, la micro-entreprise a ses limites.