Tousfacteurs recherche des coursiers à Paris. Voir l'offre 👀
Questions fréquentes

Revenus Uber Eats : que doit-on déclarer et ne pas déclarer ?

Publié le
Mis à jour le
48 commentaires
3 min de lecture

Avec Uber Eats, vous devez déclarer l'intégralité de vos revenus, c'est-à-dire avant l'application des frais de service Uber.

Tout d’abord, il est impor­tant de garder en tête que vous n’êtes pas prestataire de ser­vices pour Uber Eats, mais pour les restau­rants parte­naires d’U­ber. Con­traire­ment à Deliv­eroo, avec qui vous avez signé un con­trat et à qui vous fac­turez directe­ment vos ser­vice, Uber est un inter­mé­di­aire.

En effet, Uber Eats est une plate­forme de mise en rela­tion entre un prestataire de ser­vice indépen­dant, c’est-à-dire vous, un cour­si­er, et un restau­ra­teur ayant besoin d’un ser­vice de livrai­son. Cela se véri­fie aisé­ment dans les fac­tures (vis­i­bles ici) que Uber émet, en votre nom. On peut alors voir que sur ces fac­tures, qui sont émis­es pour chaque course réal­isée, l’en­tre­prise fac­turée est bien le restaurant.

Ain­si, en tant que cour­si­er, vous achetez à Uber le ser­vice qu’il vous rend, en vous four­nissant des clients, à savoir des restau­rants. Ce ser­vice ren­du par Uber sont les fameux « frais de ser­vice » de 25 %. Vous pou­vez alors retrou­ver, sur cette page, les fac­tures de frais de ser­vice que vous avez a payé à Uber.

Atten­tion, vous devez faire une déc­la­ra­tion de TVA sur les frais de ser­vice d’U­ber Eats.

En réal­ité, ces fac­tures, vous né les avez pas a payé puisqu’elle sont auto-sol­dées, c’est-à-dire qu’elles sont automa­tique­ment payées. À chaque course que vous faites, 25 % sont retirés pour pay­er ces frais. Vous n’avez donc rien à faire de ce point de vue.

Par exem­ple, si vous vendez une course à 10 € à un restau­rant, vous devez retirez 25 % de frais Uber, à savoir 2,50 €. Vous recevrez alors seule­ment 7,5 € sur votre compte ban­caire. Notez bien que votre chiffre d’af­faires est la somme de toutes vos presta­tions (ventes) de ser­vice. Ain­si, dans cet exem­ple, votre chiffre d’af­faires est de 10 €.

Il faut savoir que, jusqu’à main­tenant, il exis­tait une tolérance offi­cieuse de l’ad­min­is­tra­tion fis­cale, qui sait bien qu’un cour­si­er touché que les 7,50 € et non pas les 10 €. Ain­si, vous déclar­iez ce qui arrivait sur votre compte ban­caire et non ce que vous deviez réelle­ment déclar­er. Cepen­dant, à par­tir de Jan­vi­er 2020, Uber va déclar­er directe­ment à l’ad­min­is­tra­tion fis­cale votre chiffre d’af­faires réal­isé depuis Jan­vi­er 2019.

C’est donc là que cela pose prob­lème puisque, en tant que micro-entre­pre­neur, votre déc­la­ra­tion est une déc­la­ra­tion de chiffre d’af­faires et non de béné­fices. Ain­si, Uber va trans­met­tre à l’ad­min­is­tra­tion fis­cale un chiffre d’af­faires de 10 €. Par con­séquent, si vous déclarez 7,50 € de votre côté, cela est con­sid­éré comme de la fraude.

Un micro-entre­pre­neur, étant imposé sur le chiffre d’af­faires, et non sur le béné­fice, né peut pas déduire de charges sur son chiffre d’affaires.

A for­tiori, si vous voulez rester en règles et né pren­dre aucun risqué, il fau­dra que vous déclar­iez votre chiffre d’af­faires total, à savoir, avant que les frais de ser­vices Uber né s’ap­pliquent. La manière la plus sim­ple est de suiv­re le réca­pit­u­latif fis­cal four­nit par Uber à cette adresse.

Sur le réca­pit­u­latif, il suf­fit alors d’ad­di­tion­ner les deux lignes « Total » qui sont dans l’en­cadré « Tar­i­fi­ca­tion » et « Détail des autres revenus ». Le résul­tat de cette addi­tion per­met alors d’obtenir votre chiffre d’af­faires du mois tel qu’U­ber le trans­met­tra à l’administration.

Né tenez pas compte de l’en­cadré inti­t­ulé « Autres déduc­tions poten­tielles » puisqu’un micro-entre­pre­neur né peut pas déduire de charges.

Finale­ment, cette sit­u­a­tion est grande­ment prob­lé­ma­tique car en tant que cour­si­er Uber Eats vous vous retrou­vez à pay­er des coti­sa­tions sur de l’ar­gent que vous n’avez jamais touché. Espérons qu’une solu­tion sera vite apportée à ce cas pré­cis où, claire­ment, la micro-entre­prise a ses limites.